Entre Royal et le MoDem, le courant ne passe pas

Publié le par Wildcat

Source: http://lci.tf1.fr/politique/2009-12/bayrou-repondra-t-il-a-l-offre-d-alliance-de-royal-5578540.html

Par TF1 News (d'après agence), le 06 décembre 2009


L'offre d'alliance aux régionales de Ségolène Royal a pris le MoDem de court. Réponse de François Bayrou : c'est non.

En proposant au MoDem une alliance dès le premier tour des élections régionales, Ségolène Royal a placé François Bayrou au pied du mur et a bouscué, une fois de plus, la stratégie électorale du Parti socialiste. Le président du MoDem, qui a proposé cette semaine la création d'un "grand arc central" afin de faire barrage à la droite en 2012, a réuni ses troupes ce week-end à Arras. Samedi, il n'a pas souhaité répondre à la proposition de Ségolène Royal. Dimanche, c'est tout d'abord Marielle de Sarnez qui est montée au créneau en assénant : "nous irons aux régionales sous nos propres couleurs". François Bayrou, pour sa part, au cours d'un discours fleuve devant les militants, a confirmé peu après qu'il déclinait cette offre.

La direction du parti centriste ayant arrêté le principe de listes autonomes partout en France au premier tour des élections régionales, Ségolène Royal s'était adressée directement aux candidats de Poitou-Charentes. "L'élection régionale est une élection locale. Je laisse entière liberté, entière responsabilité, aux responsables du MoDem régional de me donner la réponse qui leur semblera la plus utile possible", avait-elle fait valoir. L'ancienne candidate à la présidentielle, qui brigue en mars prochain un nouveau mandat à la tête de la région Poitou-Charentes, poursuivait ainsi sur sa lancée de 2007 en proposant cinq places éligibles au parti centriste sur sa liste. Son argumentation, exposée sur France Info : "Notre responsabilité aujourd'hui, c'est de travailler ensemble pour (...) faire reculer le chômage et faire avancer l'environnement et je souhaite bien sûr que cette proposition soit acceptée".

Aubry prise de court


L'ex-candidate à l'Elysée défend depuis deux ans la constitution d'une majorité "arc-en-ciel", allant des communistes au MoDem en passant par les écologistes. Entre les deux tours de l'élection présidentielle, en 2007, elle avait déjà tendu la main à François Bayrou, arrivé en troisième position avec près de 18% des voix. Début octobre, elle a confirmé l'avoir rencontré, saluant l'idée du centriste de former un "Parlement de l'alternance" en vue de la prochaine présidentielle, en 2012. Sa stratégie d'ouverture au centre a été au coeur du congrès du Parti socialiste, à Reims en 2008, et l'une des causes de sa défaite face à Martine Aubry, qui avait défendu devant les militants une alliance à gauche. Sa nouvelle annonce surprise est intervenue alors que la Première secrétaire du PS, qui peine à construire la "maison commune de la gauche", doit lancer la campagne des élections régionales lors d'une convention samedi prochain à Tours - une réunion que Ségolène Royal a annoncé qu'elle sècherait.

Pour cette offre, la présidente de Poitou-Charentes avait élargi le périmètre d'une éventuelle alliance, des altermondialistes aux centristes. "Face à l'urgence écologique, économique et sociale, il faut avoir l'audace de dépasser les clivages des partis politiques pour mettre en place une sorte de coalition arc-en-ciel qui va des altermondialistes aux centristes, comme je l'ai toujours pensé", avait-elle expliqué sur plusieurs médias. "Il faut bien qu'il y ait des pionniers". Dans cette coalition locale qu'elle a appelé de ses voeux, elle avait voulu voir la première étape vers un rassemblement national en vue de la prochaine présidentielle, en 2012 : "Il faut déjà démontrer que c'est possible. C'est pour ça que l'opportunité des élections régionales doit être saisie. Si on peut construire ensemble sur les territoires, alors on peut sans doute construire ensemble aussi au niveau national".


Commenter cet article