Dorian Da Silva - " La classe politique a besoin d'être renouvelée " - La Nouvelle République - 02/06/2012

Publié le par Laïka

Source: http://www.lanouvellerepublique.fr/Indre/Actualite/Politique/n/Contenus/Articles/2012/06/02/La-classe-politique-a-besoin-d-etre-renouvelee

 

La-classe-politique-a-besoin-d-etre-renouvelee_image_articl.jpgDorian Da Silva défend les couleurs du MoDem dans la 2ème circonscription. Malgré son déficit de notoriété, il est décidé à faire entendre ses propositions.

Sept ans après avoir obtenu le droit de vote, le voici candidat aux législatives. A 25 ans, Dorian Da Silva est le plus jeune candidat dans la 2ème circonscription. Une aventure politique sous les couleurs du MoDem qui ne doit rien au hasard. L'envie d'être utile à son pays le titille depuis quelque temps déjà. « J'ai toujours voulu faire de la politique. Mais comme je n'avais pas fait l'Ena, Sciences Po ni une fac de droit, je ne savais pas comment rendre concret cet engagement ».

Son camp, il l'avait choisi dès 2007. « En me penchant sur les propositions des candidats, mon choix s'est porté sur François Bayrou. Je le trouvais plus réaliste et plus clairvoyant. » Pour la présidentielle 2012, Dorian Da Silva se décide à se rendre au siège du MoDem pour soumettre quelques propositions pour la campagne. « On m'a écouté et on m'a proposé de devenir délégué fédéral des jeunes démocrates de l'Indre. Ainsi a commencé l'aventure. Elle répond tout simplement à ma volonté d'intégrer le monde des acteurs politiques locaux », résume le jeune monteur de réseaux électriques.

Réaliste, le représentant du MoDem dans la 2e circonscription ne s'attend pas à être élu dès cette première tentative. « J'ai peu de chances, je le sais. Mais j'ai une vision sur le plus long terme. Ce n'est qu'un début. » Pour l'heure, Dorian Da Silva s'emploie à se faire connaître et à marquer de son empreinte la campagne. Une tâche difficile au lendemain d'une présidentielle décevante pour le leader de son mouvement. « Faire un score en défendant les valeurs du MoDem va être compliqué dans le contexte actuel. D'autant que je pars avec un déficit de notoriété, notamment sur le candidat sortant. Cette élection nationale est fortement bipolarisée, comme l'a été la présidentielle. Au niveau national, les Français vont vouloir donner une majorité au président élu. Et localement, les choses vont se jouer sur la notoriété du candidat sortant. »

" Ce n'est qu'un début "

Décomplexé, Dorian Da Silva est bien décidé à faire de sa jeunesse et de son inexpérience un argument face à ses adversaires et notamment le principal, Nicolas Forissier. « Je préfère ne pas avoir d'expérience plutôt que d'avoir soutenu pendant des années une politique qui a mené la France dans sa situation actuelle. Il est impératif de renouveler une classe politique qui n'est plus en phase avec la réalité du peuple et de la jeunesse. »
Le jeune candidat a lui aussi opté pour une campagne de terrain pour faire passer ses idées. Ses priorités? L'éducation: il est pour « l'arrêt de la règle de non-remplacement d'un poste sur deux dans l'Éducation nationale; une règle trop systématique et non réfléchie alors que chaque enfant a droit à une éducation de proximité ».L'emploi: il défend « l'accès au très haut pour faciliter l'implantation des entreprises, la création de zones franches, la promotion des infrastructures routières, autoroutières et aéroportuaires ». L'agriculture: « Permettre aux jeunes porteurs de projets d'acquérir du foncier et aux agriculteurs de ressemer leurs propres graines. » La santé: « Combattre les déserts médicaux et créer un contrat entre l'État et les titulaires d'une bourse de médecine », pour harmoniser l'offre médicale sur le territoire.

Publié dans Législatives 2012

Commenter cet article