Clearstream : "Le fléau de la justice n’est pas équilibré" (Bayrou)

Publié le par Wildcat



François Bayrou, Président du MODEM, 21 10 2009
par FranceInfo

Le Président du Mouvement Démocrate est revenu sur la fin du procès Clearsteam et sur l'état de la Justice en France, sur la réforme des collectivités locales, la législative partielle à Poissy, et les élections régionales.


Procès Clearstream : "Le président de la République ne peut pas être accusé devant un tribunal ni appelé à témoigner. Il est garant de l'indépendance de la justice et se trouve au sommet de la pyramide hiérarchique des magistrats du parquet. Et, il est parti civile dans cette affaire", a affirmé François Bayrou.

"Le moins que l'on puisse dire, c'est que le fléau de la justice n'est pas impeccablement équilibré et, en tous cas, que ce n'est pas une situation normale pour une démocratie".

"Le jour où l'on voudra que la France redevienne un république équilibrée, une démocratie qu'on peut regarder avec fierté, il faudra décider l'indépendance de la justice. Il faudra que la justice soit un pouvoir reconnu qui ne soit pas soumis au pouvoir exécutif en place", a-t-il conclu.

 

Réforme des collectivités locales : "Je trouve anormal qu'il y ait des élus qui gèrent deux collectivités locales, la Région et le département, et soient totalement étrangers les uns aux autres comme si le travail des régions et celui des départements étaient complètement opaques l'un par rapport à l'autre", a rappelé François Bayrou qui approuve néanmoins la création des conseillers territoriaux.

"C'est une réforme que j'avais proposée en 2002 et encore en 2007 et, de ce point de vue-là je partage le jugement du président de la République".

"Mais je ne soutiendrai pas cette réforme si elle sert en réalité de paravent à l'introduction d'une loi électorale qui visera à ne plus avoir en France que deux mouvements politiques : le PS et l'UMP", a-t-il prévenu.

"Or, si on n'y fait pas attention et si on ne corrige pas les choses, on part tout droit vers une loi électorale absolument scandaleuse de ce point de vue-là parce qu'il ne pourra plus y avoir en réalité, sauf marginalement, par saupoudrage, pour faire semblant, que des élus du système bipartisan".

"Le système bipartisan est selon moi quelque chose qui nuit à la démocratie et, au bout du compte, à l'intérêt du pays", a conclu le Président du Mouvement Démocrate.

Publié dans Vie Politique

Commenter cet article