Borloo, Morin, De Villepin, Bayrou : la bataille du centre expliquée aux nuls

Publié le par Wildcat

le 16/11/2010

 

Source :http://www.lepost.fr/article/2010/11/16/2306487_borloo-morin-bayrou-la-bataille-du-centre-expliquee-aux-nuls.html

 

À l'issue du remaniement, le centre se retrouve en ébullition, les yeux rivés sur 2012. Qui pense quoi ? Qui est allié à l'UMP ? On fait le point.

 

fb-rond.jpg

François Bayrou, Jean-Louis Borloo et Hervé Morin (Montage Le Post). 

 

À l'issue du remaniement ministériel de dimanche, un constat s'impose : les anciens du RPR sont très bien représentés au gouvernement, alors qu'à l'opposé, les centristes y sont désormais réduits à la portion congrue.

Les poids-lourds centristes comme Jean-Louis Borloo et Hervé Morin ont été évincés. Le président du Parti radical valoisien a renoncé à faire partie du gouvernement après avoir perdu la bataille de Matignon et celui du Nouveau Centre a claqué la porte encore plus franchement. Ayant retrouvé leur liberté de parole, l'ex-ministre de la Défense et l'ex-ministre de l'Ecologie ont désormais les yeux rivés vers l'avenir, avec 2012 en ligne de mire.

Jean-Louis Borloo et Hervé Morin, qui devaient déjeuner ensemble mardi, ont deux points communs : ils sont les grands perdants du remaniement et veulent tous deux rassembler les centristes pour qu'il n'y ait qu'un seul candidat du centre à la prochaine présidentielle. Ils pourraient d'ailleurs créer un groupe parlementaire Radicaux-Nouveau Centre.

Mais s'ils adoptaient un positionnement plus autonome de l'UMP, Borloo et Morin se rapprocheraient du terrain de François Bayrou. Le président du MoDem estimant être le vrai centre : le seul indépendant de la majorité.

Bayrou a indiqué mardi matin sur France Inter qu'il n'entendait pas plonger dans "le panier de crabes" de la recomposition du centre. Mais au delà des postures, chacun aura sûrement besoin de l'autre pour peser en 2012...

 

1. Jean-Louis Borloo : 

 

umpjpg.jpg parti-radical.jpg

 

 

borloo.jpg

 

Statut : président du parti Radical valoisien.

Positionnement
: Borloo et son parti peuvent être situés au centre-droit. Le parti Radical est associé à l'UMP.


Le périmètre de ses alliances : Depuis cet été, Borloo consulte à tout va pour rassembler la galaxie centriste.

Son objectif : constituer une large "confédération des centres" qui irait de la Gauche moderne de Jean-Marie Bockel aux centristes de l'UMP. Dans ce sens, Borloo a réuni lundi soir à l'Assemblée une cinquantaine d'élus de ces diverses tendances. Etaient notamment présents Jean-Pierre Raffarin, Maurice Leroy et Pierre Méhaignerie.

Sa stratégie pour 2012 : Pour l'instant, Borloo cherche à rassembler tous les centristes de l'UMP pour, éventuellement, représenter ce courant à la présidentielle de 2012. Cela prendrait des voix à Nicolas Sarkozy au premier tour. Mais pour l'Elysée, une telle candidature aurait ainsi le mérite de rallier les voix des modérés de l'UMP au second tour.

Mais un autre scénario demeure possible : s'il trouvait un accord avec Bayrou et/ou Morin, Borloo pourrait carrément oeuvrer à un rassemblement des centristes, en autonomie par rapport à l'UMP. Et éventuellement se présenter en 2012 à la tête de ce mouvement.

Borloo peut faire un bon score car il est populaire: il est la troisième personnalité de droite dont les Français "souhaitent qu'elle joue un rôle politique important à l'avenir", selon un sondage Viavoice-Libération du 12 novembre. Avec 44 %, Borloo est derrière Fillon (53 %) et Lagarde (49 %) mais devant Sarkozy (35 %).

 

Note Webmaster (financement) l'UMP finance une majeure partie du Parti : en 2008, le Parti radical a ainsi reçu un million d'euros d'aide financière de la part du parti de Nicola Sarkozy  .
Lors de la création de l'UMP, le Parti radical valoisien a adhéré à l'UMP en tant que personne morale

 

2. Hervé Morin :

 

umpjpg.jpg nouveau-centre.jpg

 

 

morin.jpg

 

Statut : président du Nouveau Centre.

Positionnement
: Morin et son parti se situent au centre-droit. Le Nouveau Centre fait partie de la majorité.

Le périmètre de ses alliances
: À la différence de Borloo qui veut rassembler exclusivement les centristes de l'UMP, Hervé Morin veut réunir dans son parti tous les centristes indépendants y compris ceux de l'UMP.


Mais Morin a bien redit lundi qu'il reste "dans la majorité", voulant "porter un centrisme de construction et non pas d'opposition".

Morin ne veut pas s'allier avec le MoDem, alors que Borloo n'y est pas opposé.
Et pour qu'il s'allie avec Borloo, Morin veut que "le Parti radical valoisien sorte de l'UMP."

Sa stratégie pour 2012 : En privé, Hervé Morin ne cache pas sa volonté d'être candidat en 2012. Mais tout dépend de l'accord qu'il peut nouer avec Borloo... et Sarkozy.

Car le président du Nouveau Centre est tiraillé entre son désir d'être plus indépendant de l'UMP - en se présentant coûte que coûte en 2012 - et sa nécessité de rester dans la majorité. Comme Borloo, Morin est un peu coincé : le parti présidentiel finance son parti et attribue les investitures des élus du Nouveau Centre aux législatives...

Morin pourrait faire du chantage à l'UMP sur le mode : "Je ne me présente pas en 2012 et vous donnez à mes troupes le maximum de sièges de députés lors des législatives".

 

Note Webmaster (financement) lire : Nouveau Centre : 8 000 adhérents et un financement public de 900 000 euros venant de Papeete

 

3. François Bayrou : 

 

 

INDEPENDANCE

LIBERTE
DEMOCRATIE

modem.jpg

 

fb.jpgStatut : président du MoDem.

Positionnement
: Bayrou et son parti sont classés au centre. Le MoDem est né de la coupure entre Bayrou et l'UMP dans l'entre-deux tours de 2007. Etant le seul centriste à ne pas dépendre de l'UMP, Bayrou se revendique comme le "vrai centre", ni de gauche, ni de droite, contrairement à Morin et Borloo.


Le périmètre de ses alliances
:
Le président du MoDem  a dit mardi sur France Inter qu'il "ne croit pas au centre soumis dans la majorité". Bayrou pourrait réfléchir à une éventuelle alliance de son parti avec ceux de Borloo et Morin seulement s'ils s'affranchissent de l'UMP. "Si le centre s'émancipe, alors tout est possible mais s'émanciper cela veut dire qu'on accepte de former un courant indépendant", a-t-il précisé sur France Inter.


En gros, le message de Bayrou envers Borloo et Morin, c'est : "Coupez avec l'UMP et venez me rejoindre dans un mouvement autonome de l'UMP. Mouvement dont je serai à la tête puisque j'ai compris avant vous qu'il fallait s'émanciper de la majorité."

 

Sa stratégie pour 2012 : Dans deux ans, François Bayrou entend bien représenter une nouvelle fois le MoDem après son bon score au premier tour de la présidentielle de 2007 (18,57 %).

S'il fera tout pour tenter d'aborber dans son parti d'autres éléments du centre (Borloo ou Morin), le leader du MoDem se présentera quoi qu'il arrive. Seul ou non.

Crédité lui de 8 à 10 % des voix au premier tour de 2012, selon le directeur du département opinion à l'Ifop, François Bayrou reste aussi, aux yeux des Français, "la personnalité politique qui incarne le plus les idées et les valeurs du centre", selon un sondage IFOP pour France-Soir. Avec 41 %, le leader du MoDem devance largement Jean-Louis Borloo (24 %) et Hervé Morin (9 %).



Alors trois centristes pour une place en 2012 ? On pourrait même dire quatre si l'on considère que Dominique de Villepin se situe aujourd'hui sur un positionnement très proche de François Bayrou.

 

4. Dominique De Villepin : 

 

umpjpg.jpg republique-solidairejpg.jpg

 

  de villepin

 

Note Webmaster (financement République Solidaire) Loi 1901 - M. De Villepin est membre de l'UMP


Crédité de 7 à 9 % des voix au premier tour de l'élection présidentielle, "Dominique de Villepin peut aussi s'insérer dans l'espace concurrentiel du centre car il y a une porosité relative entre son électorat et celui de François Bayrou", expliquait récemment au Post le directeur du département opinion à l'Ifop.

Wildcat

Publié dans Vie Politique

Commenter cet article