Ginisty - Bayrou ; De l'eau dans le gaz ?

Publié le par Wildcat

Ginisty - Bayrou ; De l'eau dans le gaz ?

Par Christophe Ginisty
Samedi 04 Juillet 2009 - 19:00
http://www.ginisty.com/Entre-Bayrou-et-moi,-il-y-a-eu-comme-un-malaise_a185.html


Entre Bayrou et moi, il y a eu comme un malaise


Ce matin, François Bayrou et moi avons eu une assez vive altercation lors du Conseil National. Je n'ai pas voulu m'étendre sur cet épisode ce matin car je ne voulais par personnaliser le débat mais je tiens à y revenir ici.

Disponibilité avec les militants

En réponse à des conseillers nationaux qui lui reprochaient son manque de disponibilité pour aller voir les gens, les saluer, leur accorder du temps pour une photo, une dédicace, une parole, François, évoquant des problèmes personnels, a eu cette phrase qui m'a profondément choqué : "On a parfois besoin que vous nous lachiez". Lorsque j'ai pris la parole en fin de réunion pour dire à quel point cela m'avait choqué, il m'a accusé d'être malhonnête intellectuellement et de travestir son propos. Je persiste néanmoins. Il n'est pas acceptable que le dirigeant d'un grand mouvement politique tienne de tels propos à l'endroit de dizaines de milliers de militants qui se lèvent à pas d'heure, par tous les temps, pour aller tracter sur les marchés en cirés oranges, bénévolement, au sacrifice de leurs obligations personnelles et familiales, professionnelles aussi. Des gens qui parfois s'endettent sur leurs deniers personnels pour mener des campagnes sur le terrain. Même si je comprends le besoin de recul, je continue de trouver cette phrase particulièrement méprisante.

Lancement uniquement médiatique de l'initiative des Promoteurs

François m'a accusé ce matin de n'avoir informé que la presse du lancement des Promoteurs et de n'avoir communiqué qu'à l'extérieur, avec les journalistes. C'est faux et il le sait. Le mercredi 17 juin à 11h58 précisément, soit la veille du lancement de cette initiative et avant que le moindre journaliste en soit informé, j'ai envoyé un e-mail à François Bayrou et Marielle de Sarnez pour les prévenir que j'allais publier cette lettre ouverte. Je les ai prévenu en avance, directement et dans des termes sans équivoque.

Voici le début du message en question :

Je veux vous informer personnellement que je vais lancer avec quelques élus et militants du Mouvement Démocrate une initiative baptisée "Les Promoteurs du Mouvement Démocrate" dont l'objectif sera d'amener notre famille politique à se structurer afin d'affronter les prochaines échéances électorales avec force et ne pas reproduire les mêmes erreurs que celles commises lors des dernières élections européennes. Ce n'est pas une dissidence, ce n'est pas un courant, ce n'est pas non plus une initiative en opposition à qui que ce soit. Je veux que ce soit parfaitement clair même si beaucoup voudront nous caricaturer de la sorte.


Mon absence lors des assises du 92

Toujours pour critiquer mon attitude lors du lancement des Promoteurs, François m'a reproché de ne pas être venu débattre au sein de mon propre mouvement départemental. Mon absence fut concertée avec le président du mouvement départemental des Hauts de Seine. Nous avons estimé tous les deux qu'il serait plus serein de ne pas perturber la sérénité des débats et de laisser les militants discuter tranquillement sans en faire une réunion pour ou contre les Promoteurs. Je ne me suis pas défilé, j'ai préféré, en concertation, ne pas mettre en avant la lettre ouverte.

Mon travail sur l'Internet du Mouvement Démocrate

François Bayrou a insinué à plusieurs reprises que je n'étais pas allé au bout de ma démarche sur l'Internet. C'est profondément injuste. François m'a chargé d'organiser un groupe de travail en 2008 sur les outils numériques en me précisant notamment que tout cela ne devait pas coûter le moindre centime au mouvement. J'ai relevé le défi et j'ai constitué un groupe de travail qui a mis au point un premier outil (www.forumdemocrate.fr). Ce dernier était prêt pour être lancé en décembre 2008 et devait constituer une première pierre vers une refonte plus en profondeur des outils Internet. Des développeurs, des designers mais aussi des militants ont travaillé des jours entiers sur ce projet qui devait être plus global. En février, j'ai appris tout à fait par hasard qu'un autre travail avait été commandé à une agence web, payant celui-ci, et qu'il s'appellerait lesdemocrates.fr. J'ai pris acte de ce revirement de situation ainsi que du choix du président en abandonnant toute implication sur la stratégie numérique. Pour être parfaitement complet, je précise aussi qu'une troisième initiative avait été prévue spécifiquement pour les européennes, qu'une agence de web design avait été choisie et pilotée et que son travai a été foutu à la poubelle quelques jours avant son lancement pour laisser la place au site que nous avons connu lors des européennes. Je me suis évidemment dissocié de ces décisions mais j'en ai pris acte.

Je n'ai pas le droit de dire ce que je dis car j'ai été soutenu

C'est sans doute la remarque qui m'a le plus blessé. François Bayrou a tenu ce matin à me dire qu'il trouvait mon attitude inacceptable, précisément parce que s'il y avait quelqu'un qui avait bénéficié du système, qui avait été promu, soutenu, défendu, c'était bien moi. J'ai détesté cette attaque qui insinue que j'aurais bénéficié de passe-droits sans raison et que ma 6ème position sur la liste de Marielle m'obligeait à une reconnaissance aussi silencieuse qu'éternelle. J'ai la faiblesse de croire que si on m'a proposé cette position (qui n'est pas non plus une position éligible, rappelons-le), ce ne fut pas pour me faire une fleur au titre d'un éventuel copinage, qu'il n'existe pas de fleurs en l'espèce, mais parce que certains avaient espéré que cela leur rapporterait des voies supplémentaires et parce que je méritais cette position pour mes qualités personnelles et militantes.

Certains d'entre vous pourront me dire ce soir "Bienvenue en politique". Tout ceci est peut-être d'une affligeante banalité mais, que voulez-vous, je n'aime pas la banalité.

Lire aussi :Ce qu'il faut réellement retenir de ce Conseil National

Publié dans Actualités MoDem

Commenter cet article