Bayrou assure conserver son «amitié» pour Mercier

Publié le par Wildcat

Bayrou assure conserver son «amitié» pour Mercier

Rodolphe Geisler - 24/06/2009 | Mise à jour : 21:18 - Le Figaro

Michel Mercier (à gauche) et François Bayrou, lors d'un congrès du MoDem en avril 2007, à Lyon. Le leader centriste n'a pas été surpris par la nomination de son trésorier au gouvernement.
Crédits photo : Abaca

Michel Mercier, nommé ministre de l'Espace rural et de l'Aménagement du territoire au sein du gouvernement Fillon III, a été remplacé au poste de trésorier du MoDem dès l'officialisation de la nouvelle.

Un simple «aléa politique». Interrogé sur l'entrée au gouvernement de son ami Michel Mercier, jusqu'alors trésorier du MoDem, François Bayrou tentait mercredi d'en minimiser la portée politique. Pour le leader centriste, parler de «prise de guerre» serait un peu fort, l'affaire étant entendue, selon lui, depuis plus d'un an.


«Je ne confonds pas relations personnelles et choix politique. Politiquement, il n'y a pas de confusion possible. On ne peut pas être à la fois au MoDem et au gouvernement. Maintenant, notre amitié est suffisamment ancienne pour que nous la conservions au-delà des aléas politiques», confiait-il au Figaro.


Il n'en demeure pas moins que, vu du MoDem, la sanction a été immédiate. Dès mardi soir, moins d'une heure après l'annonce de l'entrée au ­gouvernement de Michel Mercier, le parti de François Bayrou annonçait le nom de son nouveau trésorier : Jean-Jacques Jegou, sénateur du Val-de-Marne. Vu de l'UMP, en revanche, ce ministre d'«ouverture» au centre permet d'isoler un peu plus François Bayrou, déjà très affaibli par le score de ses listes aux européennes.


Dans l'entourage de ce dernier, on assure pourtant rester «zen». En tout cas, ne pas avoir été pris au dépourvu. «Tout cela était décidé depuis très longtemps», croit savoir un cadre. «Pour preuve, François Bayrou avait à plusieurs reprises déclaré dans la presse que le jour où cela se produirait, il changerait de trésorier dans la minute !», ajoute-t-il.


Bref, pour résumer l'ambiance au MoDem, qui prépare son université d'été des 3 et 4 juillet à La Grande-Motte, tout cela serait «un non-événement». En tout cas, «pas une surprise», dit Marielle de Sarnez.


Tout au plus, certains centristes se diraient presque désolés pour le nouveau ministre de l'Espace rural et de l'Aménagement du territoire. «Michel espérait plus. Il pensait avoir la Justice ou l'Agriculture. Là, je pense qu'il doit être déçu !», imagine encore un élu de ses amis.

 

En congé du parti

Cet autre ne veut, quant à lui, pas non plus entendre parler de «prise de guerre» : «Si tel avait été le cas, il n'aurait pas été relégué entre la quinzième et la vingtième place, mais à la quatrième ou à la cinquième, dans l'ordre protocolaire du gouvernement !»


Invité mercredi de la matinale d'Europe 1, Michel Mercier s'est défendu d'être «un symbole». «Je suis un centriste d'origine démocrate chrétienne et c'est avec ces valeurs que j'arrive au gouvernement », a déclaré le nouveau ministre, après avoir confirmé s'être mis «en congé» du MoDem et avoir démissionné du poste de trésorier du parti de François Bayrou.


Mardi après-midi, «en accord avec François, je lui ai fait une lettre pour lui dire que j'entrais au gouvernement, que je me mettais en congé du parti et que je démissionnais de la charge de trésorier, ce qui est tout à fait normal (…). Il y a la clarté des choix politiques qui s'impose, il faut que les citoyens s'y retrouvent», a-t-il expliqué. «On l'a fait en accord tous les deux», a encore assuré Michel Mercier, qui, comme le président du MoDem, a fait valoir des «relations d'amitié anciennes».


Pas de drame donc, mais un divorce à l'amiable. Les deux hommes se seraient même appelés «plusieurs fois» mardi pour évoquer ensemble ces chemins qui se séparent.


Pour un peu, le plus dubitatif après cette nomination semblait mercredi être François Sauvadet, le patron du Nouveau Centre. «J'observe que le Nouveau Centre est moins représenté que dans la précédente équipe. Est-ce que cela a une signification politique ? Je n'en sais rien pour l'instant», a-t-il déclaré à la presse dans les couloirs de l'Assemblée.



Publié dans Actualités MoDem

Commenter cet article